La sérendipité: le vrai moteur de l’innovation

Le dynamisme entrepreneurial autour des start-up renforce l’écosystème d’innovation. Celui-ci approche désormais une taille critique telle qu’elle en devient elle-même un facteur de succès.

Dans leur ouvrage «The Rainforest: The Secret to Building the Next Silicon Valley», Victor W. Hwang et Greg Horowitt expliquent que l'innovation entrepreneuriale est par nature chaotique et que c’est la diversité et la densité des connexions entre ses acteurs qui font la richesse d’un écosystème. In fine, c’est de ces rencontres fortuites que naît en grande partie l’innovation.

De ce point de vue, le canton de Vaud offre une diversité féconde. Il est à la croisée de plusieurs industries traditionnelles: microtechnique, finance, agro-alimentaire, santé, technologies de l’information… Encouragés depuis une vingtaine d’années, les croisements entre ces différents secteurs et, au niveau académique, de ces différentes disciplines, favorisent ce que les Anglo-Saxons appellent la sérendipité, soit le fait de trouver autre chose que ce que l’on cherchait.

«La diversité et la densité des connexions entre ses acteurs font la richesse d’un écosystème»

Un cercle vertueux qui se met en place

La diversité de l’écosystème est également encouragée par son évolution démographique. Les fondateurs d’origine étrangère des spin-off de l’EPFL sont par exemple passés de 25% dans les années 1990 à près de 70% ces dernières années. Le tissu économique d’innovation vaudois devient ainsi une force d’attraction, comme dans le cas de Jean-Marc Tasseto, ex-patron de Google France, venu à Lausanne créer Coorpacademy. Cette attractivité initie un cercle vertueux, car le succès d’un écosystème est naturellement conditionné par les individus qui le composent et l’enrichissent.

Des figures tutélaires sources d’émulation

L’inspiration de «role models» est également importante. Un écosystème a besoin de leaders - les entrepreneurs -, mais aussi de figures tutélaires. Ce n’est ainsi pas un hasard si un Edouard Bugnon, co-fondateur de WMware il y a vingt ans, occupe l’une des vice-présidences de l’EPFL. On peut aussi citer sans exhaustivité: Didier Guzzoni, le créateur de Siri passé chez Apple, Tej Tadi à la tête de la première licorne suisse MindMaze, Jurgi Camblong avec Sophia Genetics, sans oublier le pionnier Daniel Borel, fondateur de Logitech. Ceux-ci deviennent des pôles d’attraction et donc des vecteurs de la sérendipité indispensables au bon fonctionnement de l’écosystème.

«Un écosystème a besoin de leaders - les entrepreneurs -, mais aussi de figures tutélaires»

La montée en expérience apportée par les vétérans

Un palier est franchi lorsque certains startuppers, voire des cadres d’entreprises technologiques, se muent en entrepreneurs en série ou en investisseurs. Ancien de Medtronic, Jean-Marc Wismer a, par exemple, fondé Neocast, puis Sensimed. Il est aujourd’hui directeur opérationnel de MindMaze. Ancien CEO de Combagroup, Rodney Reis a créé récemment Avalia Systems. Cofondateurs de senseFly, Jean-Christophe Zufferey et Antoine Beyeler sont aujourd’hui au board d’une nouvelle entreprise de drones: Rigi Technologies. Et la liste continue de s’allonger de jour en jour, contribuant également au cercle vertueux.

Effet réseau et taille critique

L’écosystème d’innovation vaudois est ainsi en train d’atteindre une forme de maturité. Cette dernière se lit dans ces flux d’investissements, et aussi de talents et d’expériences. On peut commencer à parler d’effet réseau.

Dans l’écosystème de référence qu’est la Silicon Valley, on vous fait visiter comme autant de monuments les café Buck’s et Wagon Wheel, essentiels dans les «success stories» des start-up, de Fairchild Semiconductors à Google. Ces lieux de socialisation soulignent à quel point les interactions entre acteurs déterminent le succès d’un écosystème, au moins autant que l’argent levé ou les technologies.

Le restaurant Gina, en face du SwissTech Convention Center, ou le Biopôle Café jouent-ils déjà ce rôle dans le canton de Vaud? L’avenir nous le dira.

«L’écosystème d’innovation vaudois est en train d’atteindre une forme de maturité»

Ces contenus pourraient aussi vous intéresser:

En vous inscrivant à la newsletter, un nouveau chapitre de l'étude vous sera dévoilé chaque semaine.